Combien de portes ouvertes sur des voies sans lendemains ? Combien de fois ai-je fléchi sous la force de l’ennui ? Aujourd’hui, je quitte ces draps habités par trop de replis. Je laisse les clefs sur la table sans intention de les reprendre.

Sur ce chemin solitaire, je me dirige, une fois encore, vers cette brisure que je connais bien. Les gares sont le lieu de l’arrachement. Sur mes lèvres, cependant, une étroite ligne de fuite.

 

Tirages gélatino-bromure d’argent sur papier aquarelle 300g/m²