La vie est étonnante. Elle t’attrape par le bras, t’accompagne quelque temps, t’invite à danser même, sans que tu saches parfois faire deux pas sans tomber… puis te lâche comme une nécessité. Un jour, elle offre la graine et le lendemain reprend aux portes de la moisson. J’ai beau avoir appris cela durant toutes ces années, je ne peux me résoudre à accepter de n’avoir pas su te rencontrer. Nos corps se sont manqués. Nous avons laissé nos attentes faire de nous leurs esclaves. Nous avons si bien appris à composer avec nos espoirs déçus, nos silences, nos oublis, nos fantômes, nos manques, nos craintes, que nos vies n’ont étés que trop souvent deux lignes parallèles habillées de lassitude, d’insomnies et de larmes, de toutes les déceptions déposées après que nos mains se sont frôlées ! …

Merci beaucoup pour cette belle découverte que votre série « Chambre sourde ». Un travail qui nous touche particulièrement par son mystère et une intimité pesante.
Revue Camera

J’aime votre travail,  je serai heureux de le suivre au temps qui passe. N’hésitez pas à me donner de vos nouvelles photographiques.
CORRIDOR ELEPHANT

Tirages gélatino-bromure d’argent sur papier aquarelle 300g/m²